Le projet Planète-Chansons donc est né de mon désir d’interpréter en “live”, (je ne sais pas trop comment le dire en français, sur scène si on veut, ou en direct), un répertoire de chansons particulières pour moi, parce qu’elles se sont imposées d’elles même dans mon histoire. Je les ai toujours défendues. Nous avons une sorte de vie commune.

Parmi celles que j’interprète certaines ont été composées par des amis très proches, et d’autres par moi-même. Seule une adaptation de “L’homme donna des noms aux animaux”, avec une traduction de Greame Allwright, qui m’a donné l’autorisation de la chanter et même de l’enregistrer, une chanson de Bob Dylan à l’origine, est une reprise d’un grand chanteur américain. Elle est indispensable dans mon concert/concept: Planète-Chansons.

J’avais vraiment envie d’aider ces chansons à passer de l’état de fichiers virtuels à l’état de chansons vivantes. Comme un couturier habille ses modèles, je voulais les relooker d’une toute autre façon en faisant référence à tout ce que je préfère en musique.

Mon idée au départ était de trouver un pianiste sachant utiliser des claviers de toutes sortes pour exploiter une grande variété de styles et de couleurs musicales. Après avoir contacté 28 pianistes. Jen’en ai toujours pas trouvé un.